• CM

Vers un graphisme éco-responsable ?

Mis à jour : 20 mai 2020

A l'heure où les questions environnementales se font de plus en plus présentes dans notre société, d'autant plus avec la crise sanitaire actuelle, je me pose de plus en plus de questions sur les conséquences de ma pratique professionnelle sur notre chère planète. La communication visuelle, la publicité, l'édition... des secteurs qui, aujourd'hui, peuvent paraître aller à l'encontre de mes valeurs (déforestation, produits nocifs, enseignes lumineuses, publicité envahissante...), mais que pourtant j'affectionne tant. En effet, toutes les étapes de la fabrication d’un document ou d’une campagne de communication peuvent avoir un impact néfaste pour notre environnement. Mais alors comment faire pour réduire l'empreinte écologique de mon activité ?



Me qualifier de "graphiste éco-responsable" voir "d'éco-graphiste" serait un idéal que j'aimerai atteindre. Pour le moment, je n'en suis pas encore là. C'est par la lecture d'articles de blog, de presse ou encore le visionnage de documentaires que je m'efforce d’appréhender les notions d'éco-conception, d'éco-impression, d'éco-web ou encore d'éco-design, de green design. Il y a encore peu de temps, j'ai découvert certains de ces termes. En eux, j'ai retrouvé foi en mon activité et réalisé que des solutions existent pour limiter les effets négatifs de ma profession.


Des choix à faire pour la planète...

Des solutions sont là ! C'est à moi d'essayer de les mettre en place petit à petit, à mon rythme. A moi de faire des choix pour développer mon activité et lui donner le sens que je veux lui donner. En résumé : user de ma créativité pour des choses en lesquelles je crois et les partager à mes clients.


Quelles sont ces solutions alors ? Faisons ensemble le point autour de 3 notions fondamentales :


Éco-conception graphique


D'après l'AFNOR , le terme éco-conception se définit comme ceci :

"L'éco-conception est une démarche innovante qui vise à réduire les impacts environnementaux d’un produit ou d’un service tout au long de son cycle de vie."


L'éco-conception commence dès l'élaboration du projet ; les messages doivent véhiculer une communication responsable dans le respect de l’homme et de la nature. Tout ceci passe ensuite par le choix de partenaires éthiquement responsables, notamment lors du processus de fabrication (par exemple l'impression). La livraison et la distribution sont aussi à prendre en compte (emballage, transport, livraison groupée). Enfin l'utilisation, la fin de vie (recyclage, tri, compostage, support biodégradable...) sont des points à ne pas négliger.


Le bon message, au bon format, sur le bon support... avec une dose d'écologie !

L'éco-conception est donc à penser en amont. Le travail du graphiste doit alors autant que possible respecter quelques critères selon certaines de mes sources :


- Privilégier un design épuré, minimaliste

- Eviter les aplats de couleurs pour ne pas consommer trop d'encre

- Choisir des polices moins gourmandes en encre, c'est à dire avec moins de graisse,

(il existe même des éco-polices qui économisent jusqu'à 20% d'encre)

- Préférer des couleurs réalisables en quadrichromie qui permettent de créer un panel de couleurs quasi infini et favorisent une économie d'eau.

- Choisir un support adapté



Éco-impression


Comme je l'ai écrit plus haut, réduire l'impact environnemental d'une campagne de communication ne se limite pas à la conception du projet mais aussi à la fabrication de ses supports. Parlons print tout d'abord.


Aujourd’hui, des labels tels que Imprim’ Vert, PEFC, FSC, garantissent une véritable traçabilité du papier, une gestion durable des forêts et certifient qu’un imprimeur respecte l’environnement dans toutes les étapes de la fabrication.


Ces organismes certifiants incitent fortement à :


- Choisir des imprimeries Imprim’Vert ou certifiées ISO 9001 et 14001

- Choisir des imprimeries françaises voir même locales, afin de limiter le bilan carbone

- Opter pour des papiers plus respectueux de l'environnement ; recyclés, non blanchis au chlore, ne contenant pas d'azurants optiques

- Choisir un grammage juste et nécessaire en fonction du type de support et de sa destination

- Evaluer la quantité suivant les besoins

- Limiter la consommation de papier en optimisant une mise en page adaptée (réduire aux maximum le nombre de pages en minimisant les espaces blancs

- Choisir un format standard pour éviter les chutes de papier, le gaspillage

- Limiter l'utilisation d'encres spéciales, de pelliculages car difficiles à recycler

- Privilégier des encres végétales et sans huile de palme ; éviter les encres minérales chargées en hydrocarbures



Éco-conception web


Un éco-web c'est possible ? Oui ! On peut aussi agir en faveur de l'environnement sur le web. La pollution due au numérique est invisible ; on épuise des ressources pour fabriquer du matériel informatique, des téléphones..., on utilise constamment la fée électricité pour les alimenter. Malgré les apparences, le numérique est un grand consommateur de ressources qui sont le plus souvent non recyclables (batteries, métaux rares...). La première des solutions serait donc d'allonger la vie des appareils ; les faire réparer en cas de panne, couper l’alimentation électrique quand on ne s'en sert pas...


En matière d'éco-numérique, il existe aujourd'hui la norme ISO/TR 14062:2002 qui décrit les bonnes pratiques à mettre en oeuvre pour intégrer des aspects environnementaux dans la conception et le développement de produit.


En ce qui concerne plus précisément le webdesign, les principaux concepts suivants sont recommandés :


- Favoriser un design simple, épuré

- Rendre son site responsive (s’adapte à tous les écrans : ordinateur, tablette, téléphone)

- Redimensionner les images pour les alléger, les sauvegarder en SVG

- Préférer les polices standards, classiques

- Éliminer les fonctionnalités non essentielles, limiter le recours aux plug-ins

- Choisir des hébergeurs de sites web français, soucieux des problématiques écologiques

- Eviter la connexion à une base de donnée exceptée si nécessaire

- Minimiser le code



Si vous voulez aller plus loin, je recommande les sites suivants où l'on peut trouver une mine d'informations sur ces sujets :

www.ademe.fr, www.afnor.org, www.imprimvert.fr, www.ecolabels.fr


Tout ceci n'est que le début de mes avancées vers mon but idéal... Un jour, j'espère, je pourrai m'affirmer en tant que "graphiste éco-reponsable" et être fière de proposer à mes clients une communication tout autant efficace que respectueuse de l'environnement. En attendant, j'ai encore un long chemin à parcourir. Et vous, que faites-vous au sein même de votre activité pour diminuer votre empreinte écologique ?